Menu Fermer

Rouen: Deux oiseaux morts retrouvés ce matin sur les quais

Ce matin, Alexandre, un rouennais travaillant sur les quais, à découvert 2 oiseaux morts devant l’établissement « Bistrot en Seine ». D’autres membres de l’équipe du personnel du restaurant ont également constatés cette découverte. Il nous a immédiatement transmis les photos et fait part de son inquiétude, au lendemain de l’incendie de l’usine Lubrizol, car c’est la première fois qu’il fait ce genre de découverte.
Il s’est interrogé sur le lien avec les fumées étant donné que la zone est très proche de l’incendie.

Ces deux oiseaux sont jeunes, leur nid est situé sur une poutre juste au dessus du point de chute. Nous ne connaissons pas la raison de leur mort (photos ci-dessous).

Photos réalisés par Alexandre.Brnd

Néanmoins, nous pouvons être rassuré sur la qualité de l’air suite aux résultats des premières analyses. Le préfet a annoncé que les résultats sont globalement bon, en attendant les résultats définitifs. L’organisme Atmo Normandie déclare que la qualité de l’air est bonne à Rouen.
Suivez les déclarations officielles de la préfecture du 76 sur la page dédiée à l’incendie.
Suivez l’évolution de la situation en direct sur la page du Paris-Normandie.

Mise à jour (1): Clarification

Suite à la forte diffusion de l’information sur les deux oiseaux morts nous tenons à faire une clarification.
Nous n’avons jamais affirmé que ces oiseaux avaient été intoxiqués. L’article publié sur Roueninfo.fr a uniquement pour but de relayer la découverte et l’inquiétude d’un riverain dans la matinée qui à suivi l’incendie de Lubrizol, au niveau des quais (donc à proximité de l’usine).

Néanmoins il ne faut pas faire de conclusion rapide comme nous avons pu le constater sur internet.
Depuis la découverte des oiseaux, rien n’a permis d’établir un lien direct entre la mort de ces oiseaux et l’incendie de Lubrizol. Il s’agit donc d’un événement isolé puisqu’il ne semble pas, à notre connaissance, qu’il y ait eu d’autres oiseaux morts dans le secteur. La chaîne LCI a notamment enquêté auprès de l’organisme CHENE, le Centre d’hébergement et d’étude sur la nature et l’environnement, qui a confirmé n’avoir constaté aucun surcroît d’activité depuis l’incendie de Rouen, qu’il s’agisse des oiseaux ou de toute autre espèce (article disponible ici).

Nous ne connaissons pas la cause de la mort de ces deux jeunes oiseaux retrouvés en dessous de leur nid. Il peut simplement s’agir d’une mort naturelle comme il y en a partout (une chute du nid, une attaque de prédateur).
Nous vous conseillons tout de même de rester prudent avec vos animaux, car la ville est polluée.

Mise à jour (2): La véracité des photos

Nous avons bien évidemment vérifié ces photos: elles ont bien été prise devant l’établissement « Bistrot en Seine » sur les quais de Rouen le matin du 27 septembre 2019. En plus des deux photos de cet article, le photographe nous à également transmis quatre autres photos de la même scène. Nous avons également examiné une copie des fichiers originaux des photos.
Des membres du personnel du restaurant, qui étaient présent lors de la découverte des oiseaux, ont pu s’exprimer à ce sujet sur internet et avec des journalistes de LCI qui ont réalisé un travail d’investigation sur la situation des animaux dans la région (l’article est disponible ici).

Mise à jour (3): correction sur l’article de France 3 Normandie

Nous contestons le contenu de l’article de « France 3 Normandie », pour lequel nous avons eu un échange téléphonique avec une journaliste. Cet article ne correspond pas à ce que nous lui avons dit, ni à la réalité des faits.
Il semble avoir pour seul but d’essayer de nuire à notre crédibilité en qualifiant notre publication de « fake news ».
L’article est consultable ici (à noter que nous ne connaissons pas l’auteur annoncé dans l’article, David Frotté. Nous n’avons jamais été en contact avec cette personne).

Parmi les choses fausses:

– Nous n’avons jamais déclaré avoir publié la photo après avoir été contacté par un « instagrammer ». Et pour cause, le photographe ne nous a pas contacté via instagram.

– Avant de publier, nous nous sommes bien sûr soucié de l’origine et de la date de la photo, contrairement à ce qui est dit dans l’article (qui laisse croire que nous avons publié la photo juste après l’avoir reçu). Nous avons eu de nombreux échanges avec le photographe, via différents supports.

– Le journaliste affirme qu’il n’y a « pas d’autres photos d’internautes sur la toile« .
Et pourtant, des membres du personnel du restaurant, présents sur place ce jour la, ont publiés des photos sur leurs réseaux sociaux personnels, dès 10h10 du matin (c’est à dire bien avant notre publication). Ces publications sont d’ailleurs encore disponibles publiquement à ce jour. Il est donc étonnant que le journaliste de « France 3 Normandie » ne les aient pas trouvé lors de son exploration de la toile.
A noter que certains d’entre eux se sont manifestés en commentaire suite à la publication facebook de « France 3 Normandie », ce qui aurait pu permettre de corriger l’article mais cela n’a pas été effectué.

– Le journaliste déclare que nous n’avons pas d’autres photos d’oiseaux morts. Cette tournure de phrase peut porter à confusion. Car oui nous avons reçu d’autres photos de ces 2 oiseaux morts, et non nous n’avons pas de photos d’autres oiseaux morts (nous n’avons jamais affirmé qu’il y avait d’autre animaux morts). Cette information est donc sans intérêt et ne permet en rien à conclure à une fake news, mais elle donne une impression de preuve supplémentaire pour les lecteurs.

En attendant qu’une mise à jour honnête soit faite sur l’article de « France 3 Normandie ».

Nous avons contacté la journaliste pour demander une correction de l’article. Cela n’a pas été fait mais une mise à jour de l’article a été réalisée, qui contredit certains points de la première version (encore fausse). La première version est consultable en faisant une recherche « cache » sur google. Les 2 versions seront publiés ici-même prochainement.

Pour information, une vidéo de Clément Le Goff (France 2) explique que la photo est vrai (voir ci-dessous).

https://www.youtube.com/watch?v=VI3-EKKYsng

Suivez Rouen Info sur facebook!

Partagez l’info avec vos ami(e)s!

22 Comments

    • Suzy

      Je ne pense pas que Atmo Normandie guette dans l’atmosphère tous ces produits chimiques… Il aurait été plus judicieux de rajouter « pour les gaz et particules suivantes: (…) ».
      On nous prends vraiment pour des quiches.

      • PAS

        Étonnant, après l’incendie de Notre Dame à Paris, on apprend inopinément quelques mois plus tard que le quartier est pollué au plomb, et que les enfants…
        Lubrizol brûle .
        Il n y a rien à craindre, circulez.
        … heu non, restez et retournez au boulot.
        Je ne saurais que trop remercier la plus haute autorité représentant l’État, pour sa clairvoyance, son aptitude à gérer la (pseudo) panique par la « sincérité « de ses propos étayés par une » connaissance exacte » des faits, phénomènes chimiques et leur évolution, et ,qui n’a cessé de dire que nous ne risquions rien, qui réduit l’inquiétude des salariés de ce territoire à leur ignorance de la chose scientifique… Encore du mépris. #Amiante#Lubrizol#Rouen#régions Nord

      • Pierre B

        Il en était ainsi dans les mines.
        Les mineurs prenaient avec eux une cage avec un petit oiseau dedans, étant beaucoup plus petit que l’homme, le volatile mourrait très vite en cas de présence de gaz ou autre pollution toxique de l’air et cela laissait ,la plupart du temps ,le temps aux mineurs de se barrer fissa

  1. Rico

    Atmo ne mesure que 4 critères dans l’air, et pas la toxicité provoqué par les fumées d’incendie… Par conséquent même avec un feu sous les capteurs, l’air sera toujours bon….

  2. Oussaid

    Et vous croyez aux paroles d un gouvernement. ..quelqu il soit?
    Blablabla #Tchernobyl et le reste.
    Wikibedia classe les produits de cette usine comme hautement toxique avec effet retard a long terme

  3. philippe gandino

    pour les rouennais / au cas où protégez vous avec un masque de protection , également les enfants , jusqu’à affirmation qu’il n’y a aucun danger

  4. Bohère

    vu. C’est deux petites palombes tombées d’un nid que quelqu’un a jeté là volontairement.
    Ces oiseaux juveniles non volants de 14 jours n’ont pas pu arriver la tout seuls.
    Un dénicheur sans doute un chasseur qui voulait deux appelants les a fait tomber et elles sont mortes.
    Les pattes tendues vers l’arrière prouvent un choc après sans doute une chute et la mort qui a suivie apres des convulsions terribles. Devant son coup raté de récupérer deux oiseaux vivants, ils les a jetés la comme de vulgaires déchets.
    Je me presente en tant que professionnel de l’elevage du pigeon Ramier et en connaissance de l’espece.
    La polution a bon dos, mais la betise humaine la depasse sur ce coup là.

  5. ahnou

    arrêtez vos conneries y a pas que 2 oiseaux qui sont morts vu les produits toxiques diffusés par l’incendie alors nous prenez pas pour des incrédules bande de menteurs de merdia

  6. Anarchya

    si le préfet le dit alors…. c’est forcément le cas! Et je ne ferais pas pour autant la relation avec ses 2 oisillons dont on ne peut pas prouver la relation avec cette catastrophe . Des quantités d’oiseaux, abeilles…. meurent chaques années de nos négligences ! Et ça ce n’est pas nouveau. Pourtant peu de personnes s’en interessent et continuent leurs surconso et la pollution inutile! Mais il ne s’agit là que de mon simple point de vue personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *